Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La chimère écarlate

La chimère écarlate

Littérature, histoire de l'art, inspiration qui file au vent, photographie, poésie de l'instant...

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863
Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863

En souvenir de LADY MARIANNE à qui nous pensons bien fort et désormais sous l'égide de FARDOISE et de LILOU.

https://lilousol.wordpress.com/category/tableau-du-samedi

Voici ce que nous propose FARDOISE pour les 6 et 13 juin 2020 : « Nos petits compagnons ». Qu'ils soient Chiens, Chats ou NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie).

http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/

Inspirée par ce thème tout en allant à mon rythme d'escargotcheeky en raison des soins pour mon bras, j'ai choisi, en guise de « familier », une chouette, oiseau totem qui me fascine et qui possède, à l'instar du hibou, une symbolique très riche dans plusieurs civilisations.

 

J'aime infiniment le tableau qui l'honore heart, émanation du talent d'un artiste méconnu de nos jours et qui fut très apprécié en son temps : Valentine Cameron Prinsep dit Val Prinsep (1838-1904), membre de la Fraternité Préraphaélite.

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863

Il nous offre à contempler une jeune femme et son oiseau familier, emblème de clairvoyance, de connaissance, de sagesse, d'intuition... La Chouette représente la force créatrice de l'artiste et son chemin à travers la nuit où naissent de multiples quêtes et projets. L'oeuvre est imprégnée de sensibilité et de mystère...

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863
Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863
Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863

Val Prinsep appartenait donc à la Fraternité Préraphaélite, phénomène de l'art, puissamment inspiré, gorgé d'un sang rebelle, qui fut initié par trois étudiants de la Royal Academy : Dante Gabriel Rossetti (1828-1882), John Everett Millais (1829-1896) et William Holman Hunt (1827-1910).

Ces trois jeunes gens ne supportaient plus le poids des conventions, la morale qu'ils qualifiaient d'insidieuse, le dogmatisme et la mièvrerie sentimentale qui caractérisait pour eux la peinture britannique de leur temps. Ils considéraient que de lourdes règles esthétiques issues de la Renaissance étaient responsable d'une sclérose de l'art et que l'esprit du spectateur, se voyant obligé de composer avec de la peinture de genre où ne brillait aucune créativité, se racornissait. Ils partirent donc en guerre contre l'enseignement académique et leur trio s'agrandit rapidement.

Il y eut plusieurs périodes et courants Préraphaélites. Valentine Cameron Prinsep (Val Prinsep) y trouva sa place avec grand talent.

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863

Il naquit en Inde, à Calcutta, le 14 février 1838 (date fatidique pour son prénom qui est Valentin : Valentine en anglais) et en 1843, ses parents, Henry Thoby Prinsep et Sarah Monckton Pattle, deux passionnés de peinture et de littérature, retournèrent en Angleterre en 1843 pour l'éduquer dans d'excellents milieux artistiques.

Val Prinsep étudia la peinture auprès du peintre et sculpteur victorien George Frederic Watts (1817-1904). En 1856 et en 1857, il voyagea en sa compagnie pour observer les découvertes associées au Mausolée d'Halicarnasse, la cinquième des Sept Merveilles du monde antique. Le Mausolée (daté de l'an 353 avant J.-C ) fut fouillé par l'archéologue et conservateur au British Museum Sir Charles Thomas Newton (1816-1894) que Val Prinsep admirait.

Il se rendit ensuite à Paris où il poursuivit son périple éducatif dans l'atelier du maître Charles Gleyre (1806-1874) et où il se lia avec des artistes comme Sir John Edward Poynter (1836-1919), James Abbott McNeill Whistler (1834-1903) et George du Maurier (1834-1896), créateur du roman « Trilby » et grand-père de la romancière et nouvelliste Daphné du Maurier (1907-1989), auteur d'oeuvres gothiques comme le célébrissime « Rebecca » et « Les Oiseaux » portés au cinéma par Alfred Hitchcock (1899-1980).

Depuis Paris, il gagna l'Italie pour explorer les beautés de la ville de Sienne avec son ami Edward Burne-Jones (1833-1898) puis il visita Rome avec le poète et dramaturge Robert Browning (1812-1889). Très impliqué dans la Fraternité Préraphaélite, il fut aussi très proche des fondateurs comme John Everett Millais (1829-1896) et Dante Gabriel Rossetti (1828-1882).

Artiste reconnu et apprécié en son temps, il enseigna à la Royal Academy, rencontra la reine Victoria et vit plusieurs de ses œuvres exposées à Buckingham Palace. Il mourut le 11 novembre 1904, à Holland Park, dans l’ouest de Londres, et il repose, en compagnie de son épouse Florence, au cimetière néo-gothique de West Brompton...

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863

J'aime énormément le lien subtil qui s'établit entre la jeune femme du tableau et la Chouette, considérée dans le langage symbolique comme une Prophétesse et une Reine de la Nuit.

Dans les temps très anciens, la chouette accompagnait Lilith, déesse énigmatique et ardente qui fut connue comme la première épouse d'Adam. Chassée du Jardin d'Eden car elle refusa de se soumettre à l'acte sexuel « sous » son époux et qu'elle désirait assumer le plaisir érotique initié par ses choix de positions amoureuses. Elle fut représentée accostée de deux chouettes, ses esprits familiers.

Dans la Grèce antique, la chouette était appelée « Glaukopis » et désignée comme l'attribut d'Athéna, la déesse aux yeux pers, fille du roi des dieux, symbolisant la sagesse guerrière.

 

Dans l'Europe celtique, la chouette était consacrée à Dame Cailleach, la Déesse Lune des Druidesses et dans l'Europe médiévale, la chouette accompagnait les sorcières dans leurs réunions mystérieuses.

Avec son regard hypnotique, fascinant, elle était perçue comme un emblème de clairvoyance et de sagesse et elle évoquait les pouvoirs spirituels des sorcières bienfaisantes. On la nommait « Dame Blanche » ou « Fantôme Blanc ».

Conseillère et protectrice, elle était juchée sur l'épaule d'un oracle ou d'une enchanteresse, prête à lui insuffler les secrets venant des mondes surnaturels.

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863

Au fil des siècles, dans les campagnes, les cris de la chouette et notamment ceux de la chouette effraie firent peur aux populations d'où le nom « effraie » dérivant "d'effroi". Les croyances liées aux mondes du pagus associaient une connotation lugubre à la chouette, habitante des vieux bâtiments et passagère de l'obscurité, aussi fut-elle honnie, persécutée, sacrifiée sur les portes des granges notamment...

 

« Écoute se taire la chouette

Un cri de bois : C'est la brouette

De la Mort, le long du chemin... »

Tristan Corbière (1845-1875), Nature Morte

 

Les poètes de l'époque victorienne et différents artistes aimèrent sa nature nocturne et lunaire. Ils réhabilitèrent, à l'image de Val Prinsep dans son tableau The Owl, ce bel oiseau « au visage de fantôme ». La Chouette et le Poète peuvent ainsi entrer en résonance dans leurs mondes intimes...

 

« Je suis le proscrit qui se voile,

Qui songe, et chante, loin du bruit,

Avec la chouette et l'étoile,

La sombre chanson de la nuit. »

Victor Hugo (1802-1885), A Celle qui est Voilée

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863

La chouette est envoûtante... Avec ses yeux de perles noires, elle enseigne comment développer ses capacités médiumniques. Elle est, sous le nom d'Hedwige, le familier d'Harry Potter, celle qui porte les messages entre sorciers et elle accompagne Merlin l'Enchanteur dans plusieurs représentations du monde Arthurien et des Chevaliers de la Table Ronde.

 

« Apprends à regarder la nuit

Elle porte dans son cœur la lumière de l'aube... »

©Arnaud Riou, L'Oracle du Peuple Animal

Le Tableau du Samedi : Valentine Cameron Prinsep, The Owl (La Chouette), 1863
Sous l'égide de la chouette, une maman aimante pour sa nichée...

Sous l'égide de la chouette, une maman aimante pour sa nichée...

Belles pensées pour vous, chers Aminautes, je vous souhaite un très agréable week-end et j'adresse de gros bisous à nos Mamans...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Féelaure 07/06/2020 12:08

Il est beau aussi, mais j'avoue que je suis moins fan comme tu t'en doutais ;) pour moi il est trop sombre, j'ai vraiment eu un coup de coeur pour ton autre tableau sur ton deuxième blog ♥
Mais il est vrai qu'il émane de la douceur de ce tableau également. Merci pour ce partage Cendrine.
De gros bisous à vous partager et une douce journée, je pense bien fort à toi

Lilou 07/06/2020 10:42

très belle toile et j'aime beaucoup la sérénité du visage de la jeune femme. Tes commentaires sont détaillés précis et nous transportent merci de ta participation et te prie de bien m’excuser ..
la dernière semaines des soins de mon cancer a été éprouvante et la fatigue m'a obligée à un repos. avec le sourire

shuki 06/06/2020 19:29

Merci ma douce Cendrine pour ce beau partage. Je ne connais pas ce peintre mais j'apprécie beaucoup cette oeuvre . La jolie jeune fille au doux visage et son animal favori, la superbe chouette effraie, forment un très bel ensemble empreint de mystère et de sensibilité. Passe une beau dimanche en compagnie de ton Christophe que je salue. Reçois toutes mes amitiés et ma tendresse. Je t'embrasse, Shuki

kimcat 06/06/2020 17:51

Un choix très chouette !
C'est un magnifique tableau
Biz

jazzy57 06/06/2020 14:21

Un superbe tableau et un peintre que je découvre , merci beaucoup pour cette présentation et les explications pour la symbolique de la chouette , c'est passionnant .
Bonne journée

fardoise 06/06/2020 10:55

Merci pour cette belle chouette, mais la jeune femme n'est pas mal non plus. J'adore les chouettes... et les Préraphaélites. On sent bien l'osmose entre les deux. Bon samedi

ZAZA 06/06/2020 10:30

Coucou ma Cendrine.
Heureuse de te voir reprendre du service, c'est certainement que ta santé connait un peu de mieux. Tu nous présentes un magnifique tableau d'une artiste peintre que je ne connais pas du tout. C'est un véritable plaisir de te suivre dans tes explications illustrés par certains détails de cette toile. Un grand merci ! Bises et bon weekend sans oublier ton Christophe

Claudine /canelle 06/06/2020 08:17

Merci Cendrine , quelle belle page , ce tableau est très beau et ta façon de nous en parler nous permet de mieux le voir !!!
Merci aussi pour toutes recherches
Gros bisous à toi

Promeneur75 06/06/2020 07:01

Bonjour PlumeFee, Je suis toujours fasciné depuis mon enfance par ce cri dans la nuit ... Pour avoir parcouru des forêts sous la lune, j'ai le souvenir de ces gros oiseaux toutes ailes déployées qui me passaient au dessus de la tête en me surprenant un instant. ...

jill bill 06/06/2020 00:36

Ah le regard de cet oiseau, chouette ou hibou d'ailleurs... la jeune femme a autant d'amour pour elle que pour un chien ou chat... douceur dans ce tableau... et bonne fête les mamans de France... bises, jill merci Cendrine ;-)

colettedc 06/06/2020 00:29

Magnifique tableau Cendrine ! Excellent choix. Une présentation toute en finesse comme à ton habitude ! Bonne fête à toutes les mamans qui passeront par ici !
Douce fin de semaine,
Gros bisous♥

Golondrina63Auv 05/06/2020 22:25

Trop belle cette chouette
Oui bonne fête à toutes les Mamans , hélas je n'ai plus la mienne mais je ne l'oublie pas
Bisous
Bon week-end