Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La chimère écarlate

La chimère écarlate

Littérature, histoire de l'art, inspiration qui file au vent, photographie, poésie de l'instant...

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

La jeune femme au chat, 1896

La jeune femme au chat, 1896

Promenade à travers un univers féminin, ardent, rêveur et gorgé d'élégances, celui des tableaux du peintre américain John White Alexander (1856-1915)...

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

John White Alexander naquit en 1856 dans la ville d'Allegheny, en Pennsylvanie (une ville qui fut annexée à Pittsburgh en 1907). Orphelin dès son plus jeune âge, il fut élevé par ses grands-parent et dut travailler comme télégraphiste, dès l'âge de douze ans. Ce fut à cette époque qu'il manifesta des aptitudes pour le dessin.

The fancy dress (le déguisement), 1895.

The fancy dress (le déguisement), 1895.

Sunlight, 1909

Sunlight, 1909

La dame en robe rose

La dame en robe rose

En 1875, âgé de 18 ans, il s'installa à New York et débuta comme illustrateur et caricaturiste politique dans l'hebdomadaire des frères Harper intitulé le Harper's Weekly.

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

Le Harper's Weekly fut, le 14 janvier 1893, le premier journal américain à publier une aventure de Sherlock Holmes. Il s'agissait de La Boîte en carton.

 

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander
Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

Au Harper's Weekly, John White Alexander rencontra de nombreux écrivains et de prestigieux illustrateurs comme Howard Pyle (1853-1911), Joseph Pennell (1857-1926) et Edwin Austin Abbey (1852-1911). Après deux années d'apprentissage intensif, il quitta New York pour découvrir l'Europe.

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

Howard Pyle est l'auteur d'un Classique de la Littérature Américaine : The Merry Adventures of Robin Hood, paru en 1883. Il a illustré de nombreux textes et romans associés au Moyen-Âge et plus particulièrement à la Légende du Roi Arthur et des Chevaliers de la Table Ronde.

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander
Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

John White Alexander à l'âge de 23 ans (1879) et à l'âge de 27 ans (1883). Photographies réalisées par Napoléon Sarony, issues des Archives du Smithsonian American Art Museum à Washington aux États-Unis.

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

Après un bref séjour à Paris, il se rendit en Allemagne où il devint l'élève du peintre académique hongrois Gyula Benczúr (1844-1920), à la Kunstakademie de Munich.

Gyula Benczúr, La petite fille à la poupée

Gyula Benczúr, La petite fille à la poupée

Il rejoignit ensuite en Bavière (dans le village de Polling) le cercle artistique de Frank Duveneck (1848-1919), peintre américain d'origine allemande et il rencontra des artistes prestigieux comme le peintre William Merritt Chase (1849-1916) et le romancier Henry James (1843-1916).

Frank Duveneck, La jeune fille à la faucille et au râteau, 1884

Frank Duveneck, La jeune fille à la faucille et au râteau, 1884

Frank Duveneck (1848-1919) était un portraitiste et un professeur d'université. Passionné par une multitude de styles, il étudia et enseigna l'Impressionnisme, le Réalisme, l'Orientalisme et ce qui allait devenir l'Art moderne.

William Merritt Chase, Portrait d'une jeune femme en rose, 1888.

William Merritt Chase, Portrait d'une jeune femme en rose, 1888.

William Merritt Chase (1849-1916), peintre Impressionniste américain fut l'un des membres des Ten American Painters, une association de dix peintres américains qui démissionnèrent de la Société des Artistes de leur temps afin de protester contre le mercantilisme de l'art. J'ai prévu de leur consacrer un billet...

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

Henry James (1843-1916) est un fascinant écrivain que j'ai pris un immense plaisir à découvrir à l'Université. J'ai adoré lire et étudier ses « Ghost Tales » et notamment Le Tour d'Écrou, publié en 1898.

John White Alexander, Jeune fille en robe verte

John White Alexander, Jeune fille en robe verte

Quelques temps après son apprentissage auprès de Frank Duveneck, John White Alexander découvrit les splendeurs de Venise et le travail remarquable du peintre et graveur James Abbott Mac Neil Whistler (1834-1903) dont les créations oscillaient entre Réalisme, Symbolisme et Impressionnisme.

James Abbott Mac Neil Whistler (1834-1903), A White Note

James Abbott Mac Neil Whistler (1834-1903), A White Note

Whistler, Nocturne Bleu et Or, 1872

Whistler, Nocturne Bleu et Or, 1872

L'inspiration de John White Alexander fut à ce moment là nourrie par l'extraordinaire lumière émanant du ciel de Venise, par les formes changeantes et les mystérieux reflets de l'eau. Fasciné par les effets de matière et les ruissellements dorés de la lumière à la surface des tissus et par des maîtres comme Diego Velasquez (1599-1660) et Frans Hals (1580-1666), il poursuivit son apprentissage à Florence, à Paris et aux Pays-Bas.

Whitsler, Saint-Marc de Venise

Whitsler, Saint-Marc de Venise

John White Alexander, Althéa en bleu vénitien

John White Alexander, Althéa en bleu vénitien

Il regagna les États-Unis en 1881 pour enseigner le dessin à l'Université de Princeton. Ses portraits de jeunes femmes aux robes magnifiques suscitèrent l'engouement des critiques et du public.

En robe verte...

En robe verte...

Green Girl, 1896

Green Girl, 1896

La femme à la rose

La femme à la rose

La Musicienne, 1898

La Musicienne, 1898

Elégante

Elégante

La robe bleue

La robe bleue

Il bénéficia d'une solide renommée fondée sur le charme et la profondeur psychologique émanant des sujets qu'il représentait. Il multiplia les portraits féminins et les portraits d'intellectuels célèbres comme celui de John Burroughs (1837-1921), un naturaliste et un essayiste particulièrement apprécié.

Le portrait du poète Walt Whitman (1819-1892), réalisé en 1889, constitue un moment majeur dans son art.

Le portrait du poète Walt Whitman (1819-1892), réalisé en 1889, constitue un moment majeur dans son art.

Walt Whitman (1819-1892) fut l'un des maîtres de la poésie américaine du XIXe siècle et l'auteur d'un sublime recueil appelé Leaves of Grass (Feuilles d'Herbes).

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander
Les héroïnes « stylées » de John White Alexander
John White Alexander, La Rêveuse

John White Alexander, La Rêveuse

Le bol bleu, 1898

Le bol bleu, 1898

Isabella et le Pot de Basilic, 1897.

Isabella et le Pot de Basilic, 1897.

Je reviendrai dans quelques temps sur ce thème important dans l'Histoire de l'Art, un thème issu d'une nouvelle du Décaméron de Boccace, un recueil de cent nouvelles qui furent écrites, en hommage au poète Dante Alighieri, en langue italienne, entre 1349 et 1353.

 

Isabella, héroïne Préraphaélite, a conservé la tête de son amant Lorenzo, tué par ses frères, dans un pot de basilic. Elle chérit ce basilic de toutes ses forces, le nourrissant de ses larmes et de suc de rose, entre autres nobles substances, jusqu'à ce qu'épuisée, elle finisse par trouver la mort...

Repos

Repos

John White Alexander vécut à Paris de 1890 à 1901. Ses oeuvres connurent un immense succès au Salon de 1893 et à l'Exposition Internationale Carnegie. Il fut élu membre de la Société Nationale des Beaux-Arts et fréquenta des artistes comme Auguste Rodin, Octave Mirbeau, Henry James ou encore Oscar Wilde.

La Liseuse

La Liseuse

Membre émérite de l'Académie Américaine des Arts et des Lettres, il reçut la Médaille d'Or à l'Exposition Universelle de Paris en 1900 et à l'Exposition Universelle de Saint-Louis en 1904. Il devint Chevalier de la Légion d'Honneur en 1901.

 

Entre 1909 et 1915, il fut le Président de la Société Nationale des Peintres muraux et de l'Académie Nationale de Design. Ses oeuvres sont exposées dans nombre de musées prestigieux (Metropolitan Museum of Art, Brooklyn Art Museum, Los Angeles County Museum of Art, Musée des Beaux-Arts de Boston, Institut Butler, Bibliothèque du Congrès à Washington, Musée d'Art de l'Institut Carnegie à Pittsburgh...)

June

June

Instant pour soi

Instant pour soi

Profondément marqué par l'intensité psychologique des rêveries et des pensées féminines, l'art de John White Alexander honore la beauté des matières, la vibration de la couleur et la gracilité des lignes. C'est un voyage étoffé d'émotions très subtiles...

Plaisir de lecture

Plaisir de lecture

Les Poissons d'Or

Les Poissons d'Or

Je m'éclipse en vous souhaitant de douces rêveries de Mars...

Les héroïnes « stylées » de John White Alexander

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

=^..^= 06/03/2019 18:36

Cendrine , mon Amie
Si je devais donner un tire à l'ensemble des œuvres de John White Alexander , ce serait " Il était une fois le féminin" .
Je découvre ce peintre et je me laisse happer par la beauté . Il a sublimé la femme dans toute son élégance . J'ai la sensation d'entendre le bruit feutré de ces tissus d'antan qui se froissent , qui effleurent le sol avec grâce .
Un peintre qui reste dans cette esthétique du portrait bourgeois .C'est un peu comme si il avait quitté le XIXème siècle en entrant dans l'ère du XXème avec un air moderne , annonciateur de ces temps nouveaux .

La citation qui clôt ton article remarquable est criante de vérité .

Que Mars , avec son sale caractère , t'offre des sourires de soleil . Mais que serait Mars sans ses giboulées , ses coups de tempête , ses rugissements , il ne serait bien fade ;-)

Douce soirée mon Amie
Je t'embrasse
Véronique

Une fleur de Paris 06/03/2019 14:43

Bonjour Cendrine,
Comme elles sont elegantes ces jeunes femmes. Encore un article bien documente et avec beaucoup de recherches ... Bonne journee, bises Veronique

Pastyme 03/03/2019 18:13

Un sacré coup de pinceau, quel travail dans le détail des plis des robes.....Althéa en bleu vénitien
est magnifique...
Bonne soirée

AnnickAmiens 03/03/2019 15:46

J'ai touché du regard les tissus de ces splendides robes, et j'ai deviné la soie, le crêpe, la mousseline ...
Tableaux magnifiques des robes de ces époques, dont certaines très stylées, tellement que les créateurs de nos jours s'en inspirent encore et encore ...
Merci Cendrine, la couturière a aimé ressentir de nouveau cette excitation à la vue et au toucher de ces merveilles.
Gros bisous

Promeneur75 03/03/2019 12:52

Beau travail de cet artiste. Merci de nous le faire découvrir; Je reste toujours fasciné tant par le talent du peintre que par tous ces voyages entre les USA et l'Europe de ce peintre. Ces peintures sont aussi des témoignages d'un temps ancien révolu.

Alain 03/03/2019 09:45

Ce peintre m’a profondément étonné. Quel sens de la couleur et des formes !
Les robes de ses dames resplendissent indéfiniment dans chaque toile en intensifiant leur charme. Pourquoi peindre les femmes nues ? Présentées ainsi, les femmes sont encore plus belles. Il devait beaucoup les aimer.
Une vraie découverte. Merci Cendrine.

mamie lucette 03/03/2019 09:37

Bonjour Cendrine,
quel article passionnant sur ce peintre portraitiste, tu as su trouver les belles peintures de toutes ces femmes.. J'iai beaucoup aimé.. Bonne journée, gros biosus

Claudine/canelle 03/03/2019 07:54

Magnifique page ..toutes ces peintures sont magnifiques
Il aimait les femmes pour pouvoir les peindres aussi belles , et ainsi vêtues , toutes ces robes sont merveilleuses
Merci pour tes recherches toujours si interessantes
Bonne journée Cendrine
Gros bisous

FéeLaure♥ 03/03/2019 07:18

Coucou Cendrine
Tu nous offres ce matin un magnifique billet. Toutes ces femmes dans leur belle robe à la taille infiniment mince sont superbes. J'aime aussi énormément les citations. Merci pour toutes tes recherches et partages
Doux dimanche à vous deux et de gros bisous chocolatés ;) à vous partager

ZAZA 03/03/2019 06:44

Coucou ma Cendrine,
Un magnifique billet et une belle découverte de ce personnage et de son univers. Je viens de me régaler et les toiles présentées son fascinantes. Un grand merci d'avoir ainsi enrichi ma culture générale.
Je file 2/3 jours dans les Côtes d'Armor, Ellen a enfin mis au monde sa petite Kaëlig. Un billet est programmé lundi pour vous en parler.
Passe un doux dimanche en compagnie de ton cher Christophe.
De gros bisous

Elly 03/03/2019 04:35

Comme dit Jill on ne peut pas savoir laquelle choisir.elles sont top belles.
Merci Cendrine pour ce que tu écris.
Bisous de Elly

Elly 03/03/2019 04:33

Oups message parti trop vite.
Bravo pour ton billet.
Toujours du plaisir à lire ce que tu fais.
Très documenté ton travail.
Ce peintre ???? a un talent fou.beaucoup d'élégance et de féminité.
Bisous Cendrine à bientôt
Elly

Elly 03/03/2019 04:30

Quel talent a ce peintre ????
Ces femmes sont des apparitions
Elles font rêver avec leurs tenues comme pour aller au bal.
Bravo pour ton billet et savoir dénicher des artistes comme ça

jill bill 03/03/2019 03:11

Bonsoir Cendrine... un bel artiste peintre, entre toutes ces femmes, je ne pourrais en choisir une, stylées oui elles le sont toutes ! Quant à la dernière devise, cela devrait être ainsi, le vrai bonheur est d'être bien accompagné/e... merci, bon dimanche, bises