Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La chimère écarlate

Littérature, histoire de l'art, inspiration qui file au vent, photographie, poésie de l'instant...

Janus aux deux visages, maître des portes et des secrets

Heurtoir de l'Hôtel de Béhague, 7e arrondissement de Paris. Photo Cendrine

Heurtoir de l'Hôtel de Béhague, 7e arrondissement de Paris. Photo Cendrine

Janus féminin de l'ancienne Fontaine du Marché des Carmes, Square Gabriel Pierné, Paris, 6e arrondissement. Photo Cendrine

Janus féminin de l'ancienne Fontaine du Marché des Carmes, Square Gabriel Pierné, Paris, 6e arrondissement. Photo Cendrine

Autrefois, le 9 janvier, on honorait Janus, dieu bicéphale, maître des forces calendaires, dieu des seuils et des passages, gardien des portes, des carrefours et des vérités mystérieuses.

Janus, gravure issue de la collection mythologique de l'Oxford Library

Janus, gravure issue de la collection mythologique de l'Oxford Library

Dieu investi du pouvoir du Soleil qui régnait sur les voies de communication, orchestrait les départs et les retours, refermait les portes de l'année écoulée et ouvrait grand les portes de l'année nouvelle... Avec sa parèdre, la déesse Diane que l'on appelait aussi Jana, il veillait à la prospérité de la Cité et s'imposait comme un protecteur du mariage.

Diane par Giovanni Francesco Barbieri dit Le Guerchin (1591-1666).

Diane par Giovanni Francesco Barbieri dit Le Guerchin (1591-1666).

Diane et Janus représentaient l'union fertile des principes féminin et masculin et tout naturellement, les populations considéraient le mois de Janvier comme une période idéale pour se marier.

Suivant cette tradition de la Rome antique, on disait autrefois :

« Mariage de Janvier donne des époux gais ! »

Image Pinterest

Image Pinterest

Janus était l'un des dieux les plus anciens de Rome, un dieu italique venu du fond des âges. Émanation du dieu Soleil des Sabins, il était « le portier céleste », « le dieu du ciel lumineux »... En tant que porteur de clefs, il présidait au commencement de toute chose, il ouvrait, de manière réelle et symbolique, les serrures, les portes, les voies, les chemins...

Clef Bickford 1700 © Victoria et Albert Museum

Clef Bickford 1700 © Victoria et Albert Museum

D'après Ovide, on le représentait généralement avec une clef dans la main gauche et une baguette dans la main droite ou avec l'un ou l'autre de ces attributs. D'autres auteurs, comme Pline (Histoire Naturelle), Macrobe (Saturnales) ou Lydus (De Mensibus), relatent que certaines effigies de Janus tenaient dans la main droite trois cents cailloux et dans la main gauche, soixante-cinq cailloux. Des cailloux représentant les jours de l'année et qui se voyaient investis d'une charge magique.

 

La baguette, appelée lituus ou virga, aimantait un puissant pouvoir protecteur et augural. Elle repoussait le mal qui cherchait à franchir la porte d'un lieu et elle était utilisée pour communiquer, de manière subtile, avec des forces susceptibles de révéler des choses cachées.

 

La clef était une sorte de trait d'union entre les énergies célestes et les puissances chthoniennes et telluriques. Dans l'Antiquité, la clef était symboliquement attribuée aux divinités des cultes à mystères comme Hécate, Cybèle, Proserpine, Harpocrate, Pluton...

Clef Grand Siècle, collection Cooper Hewitt

Clef Grand Siècle, collection Cooper Hewitt

Janus, collection mythologique de l'Oxford Library

Janus, collection mythologique de l'Oxford Library

« Tout ce que tu vois, le ciel, la mer, les nuages, les terres, ma main le ferme et l'ouvre tour à tour. (Sous) la garde de l'immense univers; le pouvoir de faire rouler les gonds m'appartient sans partage. » Ovide (43 avant J.-C.- 17 ou 18 après J.-C.), Les Fastes, 15 après J.-C.

Clef © photographie Dan Routh

Clef © photographie Dan Routh

Janus était associé au dieu étrusque Than, souverain des Augures et des Points Cardinaux, à Festus, le dieu des Voies Sombres et du Chaos et à Saturne, Maître du Temps, Seigneur des Chronologies Magiques et de la Météorologie, à la fois source de destructions (pluies diluviennes hivernales...) et de bienfaits. Janus veillait, dans ce contexte, sur les portes sacrées que l'on ouvrait en temps de paix ou en tant de guerre.

 

Indispensable à la vie de la Cité, il portait une profusion de noms. On l'appelait Janus Pater, le dieu des dieux et Pater Matutinus : « le Père du Point du Jour », sorte de parèdre de la magnifique Eôs aux doigts de rose : l'Aurore...

Aurore par © Joséphine Wall

Aurore par © Joséphine Wall

Son nom le plus célèbre était Janus Bifrons et sous ce terme, il était représenté doté de deux visages dont l'un pouvait être jeune et imberbe et l'autre, apparaître barbu et âgé.

Oxford Library

Oxford Library

On le connaissait comme Patulcius, celui qui ouvre et Clusius, celui qui ferme... et également comme :

 

Janus Quadrifons, le dieu des points cardinaux, les quatre « airts » que l'on retrouve au fil du temps dans les territoires celtiques...

 

Janus Geminus, le maître de ce qui est double.

 

Janus Quirinus, le maître de la Cité, épithète de Romulus, le fondateur de Rome... (Romulus qui avait un jumeau nommé Rémus... On retrouve toujours le thème du double).

 

Janus Consivus, « celui qui favorise les productions de la nature », « celui qui veille sur les semences et protège les naissances ».

 

Janus Portunus, le dieu des ports et des voyages sur l'eau et sur la terre, créateur de la navigation.

 

Janus Belliger (le Belliqueux), Janus Biformis (celui qui a deux formes), Janus Junonius (le seigneur de Juin, Juin étant le mois des Gémeaux qui sont par nature Doubles!), Janus Patricius (le Patricien, celui qui est de la « Cité », qui est « revêtu de dignité »), Janus Biceps (mot latin signifiant « à deux têtes, à deux faces, à deux extrémités »), Deorum Deus (Deorum est en latin le génitif pluriel du mot Deus... Janus n'est pas seulement un dieu parmi les dieux, sa force peut multiplier les énergies associées aux dieux...)

 

Le 9 janvier, sa vigueur créatrice se répandait dans toute la Cité, symbolisée par le sang d'un bélier, animal solaire par excellence, que l'on sacrifiait au cours des Agonales, fêtes d'abondance données en l'honneur de Janus Agonius (Agonius signifie « combat »).

 

New York Public Library

New York Public Library

D'après Ovide, Janus était il y a très longtemps le souverain du Chaos Originel, lié à la Création du Monde.

 

Seigneur du calendrier, des calendes et gouverneur de la lumière naissante du matin, il était, outre les différents aspects invoqués, le maître incontesté du mois de Janvier (Januarius). Bien au-delà de la Rome antique, dans l'Europe de certains de nos ancêtres, il régnait sur les croyances et les pratiques magico-religieuses associées au mois de Janvier.

 

Janvier, un mois d'ouverture et de commencement mais n'oublions pas qu'à plusieurs époques, l'année ne débutait pas en Janvier mais le premier Mars ou le premier Avril...

 

Janus en bronze, sculpture du XVIIIe siècle, chez Sotheby's

Janus en bronze, sculpture du XVIIIe siècle, chez Sotheby's

Dieu des Origines, Protecteur de tout Commencement, Janus était autrefois révéré sous la forme de la constellation du Bouvier, constellation qui resplendit à l'heure fatidique de Minuit au moment du Solstice d'Hiver.

 

Le Bouvier, une « entité » céleste des plus puissantes, un personnage mythologique portant des insignes de pouvoir : bâton, sceptre, baguette, faux liée au temps des moissons. On rapprochait donc Janus de Philomélos, fils de la déesse mère Cérès/Déméter, inventeur de la charrue. Le Bouvier veillait sur sept bœufs qui représentaient la Grande Ourse. Il est devenu plus tard le gardien de la Petite et de la Grande Ourse qu'il protège, autour du Pôle Nord, en compagnie de deux Chiens qui forment la constellation des Chiens de Chasse.

Le Bouvier, gravure issue du Miroir d'Uranie, encyclopédie céleste datant de 1825.

Le Bouvier, gravure issue du Miroir d'Uranie, encyclopédie céleste datant de 1825.

© Luka Basyrov

© Luka Basyrov

Coeur aux deux faces, Talisman

Coeur aux deux faces, Talisman

Maître du Ciel et de la Terre, Janus avait pour parèdre Diane/Jana, comme je l'écrivais au début de cet article mais aussi Cardéa, la déesse qui personnifie les gonds des portes appelés cardines.

 

Avec Juturna, la déesse des fontaines, des sources et des puits, qui gouverne les portes de la naissance et possède des pouvoirs guérisseurs, il eut un fils : le dieu Fontus qui régnait sur les eaux vives.

 

En tant que dieu des portes, Janus protégeait la lumière du foyer. Il s'accordait ainsi à Vesta, la déesse du feu brûlant dans l'âtre familier et pouvait être rapproché des Pénates, les pourvoyeurs d'abondance, les genius loci qui protégeaient l'intégrité du garde-manger.

Janus, chez Sotheby's

Janus, chez Sotheby's

Pour certains linguistes, l'étymologie de Janus était à rapprocher du sanscrit « jan » qui évoque la paternité, la puissance des lignées et des générations. Et pour différents mythologues, Janus a des points communs avec le dieu hindou Ganesh/Ganesha doté d'une tête d'éléphant.

Janus aux deux visages, maître des portes et des secrets

Ganesh est un gardien du seuil, un dieu rempli de bienveillance et de sagesse qui protège les routes et l'entrée des temples et des habitations. Ganesh est également celui qui « veille au passage des dieux » et préserve les cycles calendaires. Il est désigné comme « maître des obstacles qu'il aide à résoudre ». De plus, Ganesh possédait une tête d'homme avant de revêtir sa tête d'éléphant (dualité...)

Ganesha par © Vince Low

Ganesha par © Vince Low

D'autres points communs peuvent être établis entre Janus et Apollon, le dieu du Soleil et entre Janus et Hermès, dieu des routes, des chemins, des bornes milliaires et des carrefours...

 

Janus était le souverain du Janicule, une colline romaine fortifiée pour protéger la navigation sur le fleuve Tibre, par le roi Ancus Marcius, quatrième des sept rois légendaires de la Rome antique qui régna entre -640 et -616 avant J.-C. Une proue de navire, associée au pouvoir que Janus exerçait sur les eaux, était donc représentée, avec le double visage du dieu, sur certaines monnaies.

 

Dans les temples de Janus et notamment dans celui qui se situait au Nord-Est du Forum de la Ville Éternelle, on trouvait « un passage voûté à double façade », sorte d'arc de triomphe appelé Janua. Cette construction était fermée en temps de paix et ouverte en temps de guerre.

 

Dans chaque temple consacré au dieu bicéphale, était élaborée une architecture dite « calendaire ». Les quatre façades représentaient les saisons. Chaque façade était rythmée par une porte et trois fenêtres qui désignaient les trois mois formant chaque saison. Le culte se déroulait autour de douze autels symbolisant les mois de l'année.

Oxford Library

Oxford Library

Temples of ancient Rome, 1820, illustration par Matthew Dubourg (1786-1838)

Temples of ancient Rome, 1820, illustration par Matthew Dubourg (1786-1838)

Le jour des calendes de janvier, on célébrait, avec force réjouissances, les Janualia, cérémonie d'étrennes à la fois publiques et privées. La population romaine s'échangeait des cadeaux sous l'obédience de la déesse Strenia, maîtresse des étrennes (strenae). Originellement, il s'agissait de feuilles de laurier et de figues sèches.

Les Consuls de Rome allaient au Capitole, juchés sur des chevaux blancs majestueux pour honorer Jupiter, maître des Olympiens puis ils déposaient dans le temple de Janus du vin, des dattes, des figues, de l'encens, du miel dans un vase neuf ainsi qu'une pièce d'or (une pièce qui était à l'origine en cuivre). Ces cadeaux, auxquels on ajoutait un gâteau de chance désigné comme « Janual », étaient considérés comme des emblèmes de prospérité.

 

Prospérité en tous domaines que je vous souhaite de tout coeur, chers Aminautes...

 

Avec tendresse et amitié...

Image Pinterest

Image Pinterest

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Très très passionnant, je ne me souviens que de quelques dieux en "us" que l'on apprenait un peu à l'école. Toi tu as appris beaucoup sur eux et nous en profitons. <br /> A te lire en même temps que "voir", c'est vraiment intéressant en plus qu'être agréable. <br /> J'espère que tu vas au mieux ? cet hiver et sa grisaille n'arrange pas trop notre santé. Mais une fois janvier passé, on se sentira de nouveau revivre. <br /> A bientôt ma Cendrine et gros bisous à vous deux
Répondre
V
Cendrine , mon Amie<br /> <br /> Tu nous offres en guise d'étrennes ce magnifique article . Il est magistral . <br /> J'ai appris énormément en te lisant .<br /> Je vais d'ailleurs te relire .<br /> Juste avant de venir te rendre visite , j'ai lu un article dont le titre m'a interpellée "La minute antique #38 - Les Gilets jaunes, du chaos à Janus " . J'ai souri lorsque j'ai su que ton article parlait de ce dieu bicéphale .<br /> Je te joins l'article en question .<br /> Cette semaine, une petite étude de l'origine du mot « chaos ». La mythologie pourrait-elle expliquer les espérances des Gilets jaunes ? Par Christophe Ono-dit-Biot ( journaliste au Point) .<br /> Chaos. On n'entend que ça partout, « scènes de chaos », « soirée de chaos ». Pas K.-O., mais chaos, avec un « ch » qui signe le mot grec. C'est quoi le chaos ? Ou plutôt : c'est qui le Chaos ? Dans la Théogonie d'Hésiode, la « Genèse » des païens, un formidable poème qui raconte, au VIIIe siècle avant notre ère, comment l'univers s'est créé, Chaos (Χάος) est le principe primordial, l'origine de toutes choses.<br /> <br /> Son nom vient du verbe χαίνω, « être grand ouvert ». Le chaos, pour les Grecs, n'est donc pas la chienlit, encore moins la fin du monde : c'est le début du monde. De lui naissent la terre « à la large poitrine » (Gaia), puis le « sombre Tartare » (une sorte d'enfer), mais aussi, dit le poète, l'Amour, « le plus beau des dieux », « qui amollit les âmes ». Le chaos ne serait donc pas seulement créateur : il provoquerait aussi des sentiments d'amour. Est-ce une réminiscence d'Hésiode ou un savoir antique inné qui anime les Gilets jaunes quand ils disent qu'ils veulent « venir chercher Macron » ? Provoquer un peu d'amour au plus haut niveau de l'État ? « Aimez-nous un peu, ô Jupiter » ou sinon ce sera le Tartare ?<br /> «  Jupiter ne peut entrer ni sortir sans moi  »<br /> <br /> Plus riche d'enseignement : quand on va du côté des Romains, et qu'on relit un autre poète : pas le moindre, Ovide, châtié par un empereur, et mort en exil. Dans l'un de ses recueils, Les Fastes (Ier siècle de notre ère), Ovide évoque Macron, pardon, Jupiter, qui « contemple l'Univers ». Mais il évoque aussi Janus, dieu célèbre à cause de ses deux visages. Et là, révélation, Janus nous apprend, sous la plume d'Ovide, qu'avant on lui donnait un autre nom : « Autrefois (car je suis chose antique), autrefois, on m'appelait Chaos. » (« Me Chaos antiqui nam sum res prisca vocabant »).<br /> <br /> Or, quels sont les pouvoirs de Janus ? Ils sont énormes : « Si je permets à la Paix de sortir de mon temple, asile où elle sommeille, les chemins s'aplanissent devant elle, et elle y marche en liberté ; et, si je cesse de retenir la guerre sous d'inébranlables verrous, le monde est bouleversé, inondé de carnage. » Qu'on médite cette leçon antique : pour un ancien Romain, le chaos que nous avons vu à Paris serait une création de Janus, qui, « cessant d'être une masse informe et grossière », est devenue un dieu, et un dieu incontrôlable, car possédant deux visages comme une porte a deux côtés. Chez Ovide, d'ailleurs, Janus/Chaos rappelle qu'il veille, aussi, sur les portes du ciel. Et ajoute, menaçant à l'égard du pouvoir : « Jupiter ne peut entrer ni sortir sans moi. » Comment répondra ce dernier à cette menace d'enfermement à l'Élysée ? <br /> Ouvrons en grand la porte de Janvier ma Petite Fée et faufilons-nous dans l'hiver .<br /> Je t'embrasse <br /> Véronique
Répondre
F
Encore moi :) je viens d'avoir ta news ;)<br /> Et j'en profite pour te dire, que j'adore le heurtoir vraiment magnifique, les belles clefs l'image de Joséphine Wall ;)<br /> Big bisous
Répondre
F
ps : je n'ai pas reçu ta news, heureusement que tu l'avais mis sur FB ;)
Répondre
F
Coucou Cendrine,<br /> Je suis émerveillée et baba devant tes billets à chaque fois ! Tu partages avec nous ton savoir, ta passion, tu mets en temps fou et une énergie dans la rédaction de tes articles ! A chaque fois on apprend beaucoup, je ne dis pas que je retiens tout loin de là, mais c'est un grand plaisir à chaque fois alors merci à toi<br /> Je te souhaite une douce journée et t'embrasse bien fort, sans oublier Christophe<br /> Amitié et tendresse ♥
Répondre
M
Bonjour Cendrine,<br /> merci pour ce merveilleux billet si bien documenté et illustré.. <br /> Je ne connaissais pas l'histoire de Janus...<br /> Bonne journée, gros bisous
Répondre
Z
Coucou ma Cendrine. Toujours aussi passionnant de te lire ! J'ai adoré ton billet si bien illustré et tu a même réussi à m'apprendre beaucoup de choses que je ne connaissais pas. Un grand merci ma toute belle. Bises et bon jeudi à vous deux
Répondre
C
Coucou Cendrine<br /> Voilà un article passionnant , on est sur avec toi de s'instruire et là c'est le cas , je ne connaissais pas l'histoire de Janus , Merci Cendrine pour tes recherches et explications <br /> Bises et bonne journée
Répondre
J
Bonsoir Cendrine... et comme on dit il y en a plus dans deux têtes qu'une ;-) le coeur aux deux faces me plait bien, moi qui ai une collection de petits squelettes et crânes, et puis chez toi on apprend et découvre à chaque billet, merci encore, bonne nuit, bises
Répondre
E
Je te dis merci pour tes voeux j'ai failli oublier j'ai la tête en l'air.il m'en faudrait deux comme le dieu Janus!<br /> Vraiment un superbe billet Cendrine<br /> Bisous
Répondre
E
Mais ton billet est génial!!<br /> On apprend plein de choses.<br /> Ce dieu fascine avec ses deux têtes<br /> Tu expliques très bien. Je n'aurais jamais pensé qu'il était avant les autres dieux et ce que disaient ses visages.<br /> Il a eu des conquêtes parmi les deesses :)<br /> Bravo Cendrine comme dit ton aminaute avant moi quel travail.<br /> Bisous de Elly
Répondre
P
B R A VO
Répondre
P
Alors là ! Vous commencez fort cette nouvelle année avec un article très intéressant sur ce dieu bicéphale fascinant. Que de connaissances et vos images bien en rapport avec vos mots . MERCI et félicitations pour vos efforts. Je vous souhaite pour cette nouvelle année et pour récompense de vos efforts que le succès soit à l'aune de vos efforts !
Répondre