Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La chimère écarlate

La chimère écarlate

Littérature, histoire de l'art, inspiration qui file au vent, photographie, poésie de l'instant...

Émile Verhaeren, La Barque

Barque enneigée sur lac gelé par Gustav ou Gustaf Fjaestad (1868-1948), peintre suédois.

Barque enneigée sur lac gelé par Gustav ou Gustaf Fjaestad (1868-1948), peintre suédois.

Il gèle et des arbres pâlis de givre clair

Montent au loin, ainsi que des faisceaux de lune ;

Au ciel purifié, aucun nuage ; aucune

Tache sur l’infini silencieux de l’air.

 

Le fleuve où la lueur des astres se réfracte

Semble dallé d’acier et maçonné d’argent ;

Seule une barque est là, qui veille et qui attend,

Les deux avirons pris dans la glace compacte.

 

Quel ange ou quel héros les empoignant soudain

Dispersera ce vaste hiver à coups de rames

Et conduira la barque en un pays de flammes

Vers les océans d’or des paradis lointains ?

 

Ou bien doit-elle attendre à tout jamais son maître,

Prisonnière du froid et du grand minuit blanc,

Tandis que des oiseaux libres et flagellant

Les vents, volent, là-haut, vers les printemps à naître ?

 

Émile Verhaeren, Les bords de la route, 1895

 

Gustav ou Gustaf Fjaestad, Paysage hivernal

Gustav ou Gustaf Fjaestad, Paysage hivernal

Promenade à travers les mots d'un poète ardent, Émile Verhaeren (1855-1916), artiste belge flamand d'expression française, né dans le petit village de Saint-Amand (Sint-Amands), sur le fleuve Escaut, à la lisière de la Province d'Anvers.

 

Passionné par les grandes questions sociales de son temps, il aima profondément le Naturalisme et fut l'un des maîtres flamboyants du Symbolisme en littérature. Soucieux des gens et imprégné par les idées de l'Anarchisme, il publia un grand nombre d'oeuvres dans la presse Libertaire.

Portrait d'Émile Verhaeren par Théo Van Rysselberghe (1862-1926), artiste Post-Impressionniste, Divisionniste et Pointilliste.

Portrait d'Émile Verhaeren par Théo Van Rysselberghe (1862-1926), artiste Post-Impressionniste, Divisionniste et Pointilliste.

Issu d'un milieu aisé, (ses parents, Henri Verhaeren et Adélaïde De Bock, étaient commerçants dans le domaine du textile), Émile Verhaeren décrivit avec un mélange de Réalisme et de Lyrisme les atmosphères de la grande ville et son opposé tout aussi envoûtant, la campagne.

 

Esprit brillant, il fut poète, dramaturge, critique d'art et auteur de récits dans la veine symboliste.

 

Lié avec des artistes issus du Symbolisme et du Néo-Impressionnisme, il apparut comme l'un des « découvreurs » des peintres Fernand Khnopff (1858-1921) et James Ensor (1860-1949).

 

Une magnifique exposition est actuellement consacrée à Fernand Khnopff au Petit-Palais, à Paris : Fernand Khnopff, le maître de l'énigme. J'ai prévu de consacrer un billet à cet artiste car j'apprécie énormément son art mystérieux et ses personnages : Ligeia, Hypnos... Dans quelques temps...

Portrait d'Émile Verhaeren par Maximilien Luce (1858-1941).

Portrait d'Émile Verhaeren par Maximilien Luce (1858-1941).

Émile Verhaeren, La Barque
Émile Verhaeren, La Barque

Émile Verhaeren nourrit des liens privilégiés avec de nombreux peintres (Paul Signac, Maximilien Luce, Dario de Regoyos, Willy Schlobach, William Degouve de Nuncques, Théo Van Rysselberghe...) et des écrivains (André Gide, Stéphane Mallarmé, Maurice Maeterlinck, Camille Lemonnier, Albert Mockel...). Il fut, dans les années 1883-1899, l'un des principaux rédacteurs de la revue L’Art Moderne.

 

Une femme compta particulièrement dans sa vie : il s'agissait de Marthe Massin (1860-1931), une artiste originaire de Liège. Quand Émile Verhaeren la rencontra, il pensait rester vieux garçon mais il eut un coup de foudre et sentit que l'influence de Marthe sur sa vie artistique ne pouvait que lui être bénéfique. Ils se marièrent en août 1891, n'eurent pas d'enfant et s'aimèrent jusqu'à la fin de leurs jours.

Emile et Marthe

Emile et Marthe

Portrait d'Émile Verhaeren par Théo Van Rysselberghe (1862-1926).

Portrait d'Émile Verhaeren par Théo Van Rysselberghe (1862-1926).

Pendant la Première Guerre Mondiale, Émile Verhaeren composa des poèmes pacifistes, s'insurgeant contre la folie des hommes et il dut se réfugier en Angleterre où il lutta à sa manière en écrivant Les Anthologies Lyriques.

 

Anthologies Lyriques constituées de La Belgique sanglante, Parmi les Cendres et Les Ailes rouges de la Guerre.

Émile Verhaeren, La Barque

De toutes ses forces, il essaya, au cours de conférences à succès, de renforcer les liens d'amitié entre la Belgique, la France et l'Angleterre et c'est dans ce contexte qu'il connut une fin tragique...

 

Venu donner une conférence à Rouen, il fut poussé accidentellement sous un train, le 27 Novembre 1916, par la foule qui s'était amassée. Ses derniers mots auraient été, d'après la légende populaire, « Ma Femme, ma Patrie »...

Les Hommes du jour, n°82, 14 août 1909, dessin de Aristide Delannoy.

Les Hommes du jour, n°82, 14 août 1909, dessin de Aristide Delannoy.

Le gouvernement français souhaita faire transférer son corps au Panthéon mais sa famille refusa. Sa dépouille fut placée au cimetière militaire d'Adinkerque puis au cimetière de Wulveringem, à Furnes, dans la Région Flamande et enfin, en 1927, elle rejoignit le village natal de Saint-Amand.

 

Saint-Amand où fut créé, en 1955, le musée provincial Émile Verhaeren.

La Lecture (1903) par Théo van Rysselberghe. Émile Verhaeren porte une veste rouge.

La Lecture (1903) par Théo van Rysselberghe. Émile Verhaeren porte une veste rouge.

Portrait d'Émile Verhaeren par Félix Vallotton (1865-1925), pour le Livre des Masques de Rémy de Gourmont (1898).

Portrait d'Émile Verhaeren par Félix Vallotton (1865-1925), pour le Livre des Masques de Rémy de Gourmont (1898).

J'aime profondément ce poète qui fut à mon programme du bac de français et que j'ai retrouvé ensuite à l'Université.

 

La Barque est l'un de mes écrits préférés... J'en ai beaucoup d'autres...

Henri Van Seben (1825-1913), Barque au bord de l'étang enneigé

Henri Van Seben (1825-1913), Barque au bord de l'étang enneigé

Avec de belles et douces pensées, je vous souhaite un excellent début de semaine...

Émile Verhaeren, La Barque

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elly 29/01/2019 21:18

Bonne soirée Cendrine
Magnifique billet sur ce poète.

Elly 29/01/2019 21:17

Magnifique billet Cendrine
Je ne connaissais pas ce poète remarquable.
Avec toi c'est chose faite
Merci!!
Bravo pour tes recherches.
Bisous de Elly

Promeneur75 28/01/2019 19:41

Merci de nous faire découvrir cet auteur aux multiples talents et hélas à la fin tragique.

Feelaure 28/01/2019 18:41

Coucou Cendrine,
Grâce à toi, je découvre ce poète, le poème sur la barque est très beau. Merci pour toutes tes recherches. Il avait une sacrée moustache que j'aime beaucoup :)
Je te souhaite une douce soirée et une douce et belle semaine
Gros bisous à vous partager

Véronique 28/01/2019 18:34

Cendrine , mon Amie ,

Tu nous emmènes sur la barque poétique et humaniste de ce grand monsieur que fut Emile Verhaeren,reconnu comme une des plus grandes plumes de son époque, porteur d’un amour sans faille pour les arts, sa patrie belge et la diversité culturelle en Europe.
Ton hommage rendu est remarquable .
J'ai souri en lisant qu'il fut à ton programme au BAC français . Il était au mien également avec " A la gloire du vent" . J'espérais tomber sur ce poème et finalement c'est Rimbaud et Aube qui me sourirent .
- Si j'aime, admire et chante avec folie
Le vent,
Et si j'en bois le vin fluide et vivant
Jusqu'à la lie,
C'est qu'il grandit mon être entier et c'est qu'avant
De s'infiltrer, par mes poumons et par mes pores,
Jusques au sang dont vit mon corps,
Avec sa force rude ou sa douceur profonde,
Immensément il a étreint le monde."

Merci de tes mots déposés . Ils ont su perler mon regard d'émotions . Le temps a passé depuis nos premiers mots échangés et plus le temps passe , plus notre amitié semble de toujours.
Que mes douces pensées t'accompagnent .
Je t'embrasse
Véronique

mamie lucette 28/01/2019 08:47

Bonjour Cendrine, merci pour ce merveilleux billet qui retrace la vie de ce grand poète... Je ne connaissais pas sa fin tragique... Bonne journée, gros bisous

Claudine 28/01/2019 07:57

Coucou
Merci encore pour cette belle page très interessante , un peintre que j'aime beaucoup
Gros Bisous Cendrine

ZAZA 28/01/2019 07:32

Coucou ma Cendrine. J'aime beaucoup ce poète et le poème en préambule de ton billet est magnifique. Merci de nous avoir parlé de sa vie en illustrant ton texte de magnifiques portraits. J'espère que tu va un peu mieux, je ne t'ai pas senti très bien la semaine dernière. Bises et bon début de semaine à vous deux

jill bill 28/01/2019 06:23

Coucou Cendrine, c'est un compatriote que j'aime beaucoup ;-) une fine plume... merci de nous le présenter de belle manière, bises, jill