Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La chimère écarlate

La chimère écarlate

Littérature, histoire de l'art, inspiration qui file au vent, photographie, poésie de l'instant...

Roussalki, les enchanteresses de l'onde et les dieux slaves

Anna Vinogradova, née en 1975, Roussalki

Anna Vinogradova, née en 1975, Roussalki

Rêvons à travers les territoires des Roussalki, Ondines russes aux longs cheveux qui, à la différence des Sirènes des différents folklores et anciennes traditions, n'ont pas de queue de poisson.

 

L'élément aquatique est leur demeure mais on les rencontre aussi près de certains arbres sacrés. Elles évoluent dans les champs et se glissent, aux changements de saisons, à la nouvelle ou à la pleine lune, dans les jardins. Elles sont charmeuses, envoûteuses, ensorceleuses et souvent parées de fleurs ou de perles et de coquillages quand elles émergent des moires de l'eau.

 

Svetlana Belovodova

Svetlana Belovodova

Leurs voix superbes enveloppent l'imprudent dans un réseau de mélodies magiques et l'attirent dans une nasse aquatique dont il ne sortira pas vivant. A moins qu'amoureuses, elles ne décident de transformer un humain en un amant des eaux.

 

Konstantin Makovsky (1839-1915), Roussalki, 1879.

Konstantin Makovsky (1839-1915), Roussalki, 1879.

A l'origine, les Roussalki sont des jeunes filles maudites par leurs parents. Des jeunes filles qui se sont égarées dans la forêt ou sont tombées amoureuses, ont perdu leur virginité avant le mariage, ont refusé d'obéir à une injonction familiale, se sont suicidées ou ont eu un accident. Elles ont aussi pu tomber dans l'eau en se promenant. Elles sont redoutées et peuvent susciter l'effroi mais elles sont également considérées comme les gardiennes des récoltes et appelées « celles qui apportent généreusement la pluie ». A la période où poussent les céréales, il est nécessaire de s'attirer leurs bonnes grâces et au moment des récoltes, on leur dédie des chants, des danses et des jeux rituels.

 

Arthur Rackham (1867-1939), Ondines

Arthur Rackham (1867-1939), Ondines

Il existe une « Semaine des Roussalki » pendant laquelle il est indispensable de respecter les règles suivantes :

 

Ne pas tisser, coudre ou filer

Ne pas aller ramasser du bois dans la forêt

Ne pas travailler dans les potagers et les champs

Ne pas peindre dans et autour de sa demeure...

 

Il s'agit d'un temps entre les temps...

 

John William Waterhouse (1849-1917), Naïade

John William Waterhouse (1849-1917), Naïade

On laisse chaque soir un repas sur la table pour ces fascinants esprits de l'eau, près d'une bougie allumée et on accroche de jolis vêtements sur les clôtures entourant les maisons. Comme les Roussalki sont nues, elles apprécient de se vêtir avant d'évoluer sous la lune et de parcourir bois et champs.

 

Roussałki (1877), par Witold Pruszkowski (1846-1896), peintre et illustrateur polonais.

Roussałki (1877), par Witold Pruszkowski (1846-1896), peintre et illustrateur polonais.

Dans les villages les plus cossus, on leur offre un cheval décoré de fleurs sauvages qui représente la course bénéfique du soleil au-dessus de la terre et de l'océan.

 

Puis, la semaine précédant le Solstice d'Été, quand on célèbre la grande fête de Koupalo, on leur fait des adieux pleins de joie, en attendant la prochaine « Semaine des Roussalki ».

 

Paul Émile Chabas (1869-1937), Magiques baigneuses

Paul Émile Chabas (1869-1937), Magiques baigneuses

Dans le folklore slave, Koupalo est la divinité tutélaire du Solstice d'Été. Dieu soleil qui sombre au crépuscule dans les eaux et renaît à l'aube, investi de la toute puissance céleste. Dieu de Lumière qui traverse des contrées aquatiques imprégnées de magie et combat différents périls, à l'instar du dieu Râ des Égyptiens.

 

Koupalo ou Kupalo, par N Antipova

Koupalo ou Kupalo, par N Antipova

Koupalo est un dieu très séduisant qui règne sur l'été, la végétation et les fleurs. Il est fêté le 24 juin et pendant « sa » nuit, on dit que le soleil « bondit et danse ». Koupalo règne sur les amours débridées. Les participants à la fête se livrent à des baignades nocturnes et font l'amour dans les bois et les champs pour s'accorder aux énergies fertiles de la terre. Des couronnes de fleurs flottent sur l'eau des lacs, des mares et des étangs. Les couples sont brûlants. De nombreux enfants sont conçus dans cet espace temps et le dieu reçoit toujours, à notre époque « moderne », des offrandes de miel, de noisettes, de noix, de pain et de pirojki, des petits pains briochés farcis.

Territoire de liesse et de plaisirs, la nuit de Koupalo a toujours été célébrée dans les pays slaves, au grand dam de l'Église et chaque année, elle continue d'être très attendue.

 

Amants des Anciens Mondes par Vyrhelle Vyrl sur DeviantArt

Amants des Anciens Mondes par Vyrhelle Vyrl sur DeviantArt

Koupalo a une soeur amante appelée Kostroma, à la fois « jeune fille de printemps » et « mère des épis ». Dans les villages, on honorait à cette période aussi bien Kostroma que les Roussalki.

 

Kostroma veille sur le pain, matière sacrée, et sur la fertilité de la terre. Elle évolue, vêtue de blanc et brandit une branche de chêne réputée donner vie à tout ce qu'elle touche. Puissance féminine profondément vénérée, à l'instar de son frère, le Soleil, elle est à la fois déesse et naïade.

 

 

Paul Émile Chabas (1869-1937), Naïade

Paul Émile Chabas (1869-1937), Naïade

Kostroma, par A Klimenko

Kostroma, par A Klimenko

L'univers de Kostroma et Koupalo par A Chichkine

L'univers de Kostroma et Koupalo par A Chichkine

Lune féconde, entité du printemps que l'on honore grâce à des chants et des danses pendant la fête des Sviatki Verts (Zélionyïé Sviatki). Elle est aussi protectrice de la virilité des jeunes hommes que l'on célébrait en rompant une miche de pain au-dessus de leur tête.

 

Paul Émile Chabas (1869-1937), Fille des eaux de lune

Paul Émile Chabas (1869-1937), Fille des eaux de lune

Koupalo et Kostroma sont un couple particulièrement célébré au moment de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin. L'eau revêt un caractère des plus magiques à cette période de l'année et les Roussalki sont de séduisantes intermédiaires entre les territoires humains et le monde des divinités.

 

Paul Émile Chabas, Joyeux Ébats

Paul Émile Chabas, Joyeux Ébats

Dans de nombreuses légendes, elles sont réputées être les émissaires des puissances divines.

 

Paul Émile Chabas, Ondine

Paul Émile Chabas, Ondine

Outre les amours fécondes de Kostroma et de Koupalo et la marche fertile des Roussalki, on honore, autour des brasiers sacrés, Semargl et Koupalnitsa.

 

Koupalnitsa est la déesse de la Nuit, mère des jumeaux Kostroma et Koupalo.

 

Koupalnitsa par V Korolkov

Koupalnitsa par V Korolkov

Dieu mystérieux, fils du dieu originel Svarog, Semargl unit les pouvoirs de la Lune et du Feu. Il protège le foyer, la terre profonde, les racines, les graines, les pousses. Il apparaît sous la forme d'un chien ailé à la période des semailles.

 

Semargl par A Zinkovskaia

Semargl par A Zinkovskaia

Semargl par V Korolkov

Semargl par V Korolkov

Dieu intermédiaire entre les puissances terrestres et les puissances célestes, Semargl est un guérisseur doté, sous sa forme humaine, d'une épée de feu. Le jour de l'Équinoxe d'Automne, il fait l'amour avec Koupalnitsa et neuf mois plus tard, celle-ci met au monde Koupalo et Kostroma qui participent du même folklore que les Roussalki, vénérées en ce temps de la Saint-Jean...

 

Semargl et Koupalnitsa

Semargl et Koupalnitsa

Koupalnitsa et les jumeaux Kostroma et Koupalo

Koupalnitsa et les jumeaux Kostroma et Koupalo

J'aime à ressentir ces « présences mythologiques » lorsque j'écris, à songer que les éléments qui nous entourent sont gorgés de vie, une vie qui mûrit au chant des saisons, territoire d'inspiration magique...

 

Roussalka par V Korolkov

Roussalka par V Korolkov

Roussalka par K Vassiliev

Roussalka par K Vassiliev

Je vous souhaite un délicieux été et vous remercie de vos attentions amicales, gros bisous et tendres pensées !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CorpsRimes 28/06/2018 16:18

Bonjour Cendrine,

Comme promis, je viens te lire, ici, en ton antre poétique, et je ne suis pas déçue, (comme toujours d'ailleurs :) ) de découvrir un magnifique article qui parle si bien des "ondines", que je connais à travers des peintres que j'aime, comme Waterhouse, ici, mis à l'honneur sur ta page, avec "Naïades" et le peintre Paul Emile Chabas dont certaines toiles, ici exposées me sont connues. J'aime particulièrement de Paul Émile Chabas (1869-1937), Fille des eaux de lune.et Anna Vinogradova, née en 1975, Roussalki. Image que tu m'as déposé sous mon écrit poétique.
Par contre, en ce qui concerne "les Roussalki, Ondines russes", je ne connaissais pas ce nom russe, donc j'apprends et j'en suis fort heureuse ! :) Je vais faire attention à ne point tomber dans l'eau, lorsque je me promène le long de mes canaux (tu as vu, tout en vers exprimé :) !
Quoique, cela ne me déplairait pas de me changer en Roussalki !
A la fois, mystérieuse, sensuelle, envoûtante, ensorceleuse, elle captive, attire, tout comme elle fait craindre, les forces invisibles qui se manifestent ! Créatures aquatiques, qui règnent au coeur des eaux, on dit, selon la légende, que ceux et celles qui s'aventurent en leurs eaux, sont chatouillés jusqu'à ce que mort s'ensuive.... :)
Nymphes des eaux, si sensuelles, aux paysages charnels, reines en cette nature qui se transforme, en lieux d'amour, libres de s'ébattre et de féconder la terre fertilisante....
Malheur, à celles et ceux, qui tombent en leur pouvoir magique, mais quel bonheur, de vivre un moment unique, qui célèbre la magie de l'été, si chaude en sa saison !
Bravo mon amie, je suis conquise, encore une fois, merci pour le choix de tes illustrations, peintures, et le thème très intéressant à découvrir, s'enrichir, tu es toi-même doté d'un pouvoir surnaturel, en tes rives si fertiles qui côtoient, le visible et l'invisible !
Très bel été ainsi qu'à Christophe mon amie ! Quelques grains de blé, pour bonheur en ton foyer, et vive l'été !
Gros bisous, Cendrine, très belle fin de semaine qui s'annonce chaude et ensoleillée !
Ma rose d'amitié,
CorpsRimes (Corinne)

Linda 28/06/2018 08:53

j'ai appris plein de chose .... de toute beauté .....et je ne connaissais pas la plupart des tableaux ....
elles sont proches des sirènes mais restent si "humaine" ....
et je pense aussi que la nature est très vivante ....
gros bisous

Feelaure 24/06/2018 08:26

Coucou Cendrine,
Un "petit" monde qui nous fascine et nous fait rêver ♥ J'ai encore appris quelque chose grâce à toi (bon je ne sais pas si je vais retenir le nom car compliqué pour ma petite tête lol), je ne connaissais pas du tout les Roussalki. Que de recherches à chaque fois et de travail pour rédiger tes billets, mais quand on aime, on ne compte pas ;)
Les illustrations sont très belles, certaines plus inquiétantes que d'autres. Coup d♥ pour le portrait de Svetlana Belovodova avec toutes ses perles et le magnifique coquillage, le couple Semargl et Koupalnitsa, L'univers de Kostroma et Koupalo par A Chichkine, la naïade et les Amants des anciens mondes. Un grand merci Cendrine
Doux dimanche à tous les deux, bon courage à Christophe et à toi pour tes yeux, on pense bien à vous et on vous fait de gros bisousssss

gérard 24/06/2018 08:25

Elles sont terriblement charmeuses, envoûteuses, ensorceleuses. A la fois inquiétantes et attirantes ... un cocktail ravageur ! on a aussi très envie d'entendre leur voix.

gros bisous dominicaux

gérard

Claudine/canelle 23/06/2018 13:29

Merci Cendrine pour ce très bel article , j'adore ce monde parallèle ..et tu nous contes si bien les choses ..que du plaisir à partager
Bises

mamie lucette 23/06/2018 09:18

Bonjour Cendrine, magnifique article sur les conte slaves pour le solstice d'été.. C'est une découverte pour moi.. Que de recherches en documents et en photos...
Bonne journée, bons baisers

ZAZA 23/06/2018 08:09

Je connaissais le monde des sirènes, notamment celles rencontrées par Ulysse. Par contre, le monde dont tu nous parles dans ce billet est une véritable découverte. Inquiétantes ces roussalki, issues de la mythologie slave. Les illustrations sont magnifiques ma Cendrine et quel travail de recherches !
Un grand merci.
Passe un excellent weekend en compagnie de ton Christophe. Bisous à tous les deux.

Richard LEJEUNE 23/06/2018 07:09

Je suis toujours ébahi de lire semblables articles, Cendrine, chez vous ou ailleurs car, ne connaissant si mal les mythologies nordiques, je constate avec stupéfaction qu'il y a bien toujours une convergence, une comparaison à établir avec les mythes égyptiens ... créés les uns et les autres en des temps différents, à des milliers de kilomètres de distance. Preuve, s'il en était encore besoin, que les hommes, toujours, se sont inventé des histoires pour s'expliquer le cosmos ou leur environnement auxquels ils ne comprenaient rien. Il en est de même des contes dits "de fées" que, sous une forme ou une autre, l'on retrouve dans toutes les civilisations ...
Merci de partager vos connaissances et de m'instruire sur ce "monde slave au-delà du monde", qui tant vous enchante ...

Promeneur 75 23/06/2018 07:01

Bonjour à vous
Merci de votre travail et de nous décrire ce folklore pour moi inconnu et très riche. Je suis fasciné par ces personnifications de la Nature que l'humain a su ériger depuis les origines au rang de divinités. Instincts profonds titillés par la chaleur du printemps et l'éveil des sens après un dur hiver que de fantasmes autour de beautés nues et sauvages que tout homme espère trouver dans le secret intimiste d'un fourré, d'un bois ou d'une rivière pour des ébats libres loin des rigidités des carcans sociaux et des religions liberticides ... La richesse des sens, la liberté naturelle sont les puissances du folklore qui demeure toujours en nous bien au delà de ce que la société humaine voudrait nous imposer. Merci de votre article et du choix de vos images. Bon week-end