Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La chimère écarlate

Littérature, histoire de l'art, inspiration qui file au vent, photographie, poésie de l'instant...

Si vous aimez Baudelaire...

Albert-Joseph Pénot (1862-1930), Intime beauté

Albert-Joseph Pénot (1862-1930), Intime beauté

Je vous invite à savourer, sur Calaméo, le remarquable travail effectué par Alain Yvars, du blog Si l'art était conté.

 

Baudelaire qui brodait les clartés et les ombres, au cri tourmenté de sa sensualité. Un chuchoteur à la plume de fièvre...

 

Voici le lien vers le blog d'Alain:

 

http://www.httpsilartetaitconte.com/archive/2018/04/30/les-fleurs-du-mal-6047577.html

 

Et le lien vers Calaméo :

 

https://fr.calameo.com/read/002509381a189d9672d7a

 

Ce témoignage d'un amoureux de l'Art, avec un A majuscule, est un vrai plaisir de lecture. Merci Alain !

 

J'aime aussi beaucoup le choix des tableaux qu'il présente en regard des textes.

 

Si vous aimez Baudelaire...

J'adore Baudelaire et parmi la myriade de poèmes qui me fait chavirer (La Chevelure, Le Serpent qui danse, Le Vampire, Le Chat, Correspondances...) voici mon coup de coeur supplémentaire...

 

Sed non Satiata

 

Bizarre déité, brune comme les nuits,

Au parfum mélangé de musc et de havane,

Oeuvre de quelque obi, le Faust de la savane,

Sorcière au flanc d'ébène, enfant des noirs minuits,

 

Je préfère au constance, à l'opium, au nuits,

L'élixir de ta bouche où l'amour se pavane;

Quand vers toi mes désirs partent en caravane,

Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.

 

Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme,

Ô démon sans pitié! verse-moi moins de flamme;

Je ne suis pas le Styx pour t'embrasser neuf fois,

 

Hélas! et je ne puis, Mégère libertine,

Pour briser ton courage et te mettre aux abois,

Dans l'enfer de ton lit devenir Proserpine!

 

Si vous aimez Baudelaire...

Un sonnet aux résonances sauvages, puissantes et mystérieuses, consacré à Jeanne Duval, Vénus d'ébène et maîtresse passionnée de Baudelaire.

 

Photo de Mark Gellineau

Photo de Mark Gellineau

Jeanne incarne le double visage de la femme, la femme aimée et redoutée, muse aux phéromones fécondes. Déesse qui donne et Sorcière qui triomphe de la volonté de l'homme, insufflant le désir, bête fauve qui ravage muscles, nerfs, veines....

 

Rage sexuelle, désir ogresque, énergie torrentielle érotique de la femme qui fracasse l'homme dans les nacres du lit...

 

Si vous aimez Baudelaire...

Jeanne Duval et Baudelaire s'aimèrent, se séparèrent, se retrouvèrent plusieurs fois comme dans ce poème de la faim inassouvie où triomphe l'ambivalence féminine, « bizarre déité », territoire de chair embrasée.

 

De sa bouche d'enchanteresse où perle un élixir, la femme Faustienne « prend » l'homme et le poète. Exotique beauté qui exerce sur sa proie un délicieux et impitoyable veneficium : « fille de quelque obi... » Un obi est un sorcier d'Afrique.

 

Si vous aimez Baudelaire...

Incarnation de l'ivresse des sens, la femme porte comme des bijoux charnels un assemblage de parfums hautement reconnaissables (musc, havane...), alchimie olfactive qui émane de mondes lointains.

 

Si vous aimez Baudelaire...

Tentatrice insatiable est la femme qui charme, la femme aimée, désirée, déifiée qui devient Mégère, créature mythologique issue de la lignée des Gorgones, à la fois Méduse à la chevelure de serpents, émanation de Nyx, la Nuit Primordiale et implacable Nemesis.

 

L'homme et le poète luttent dans cet enfer féminin qui les attire jusqu'au point de non retour. Ainsi Baudelaire évoque les affres de la passion, la souffrance illuminée et les attirances homosexuelles de sa splendide maîtresse :

« Hélas et je ne puis... dans l'enfer de ton lit devenir Proserpine... »

 

Si vous aimez Baudelaire...

Poème qui me subjugue, lumineuse et ténébreuse animalité, explosion de rage, de littérature et de sexualité par tous les pores de la page blanche !

Coulures colorées d'un amour inscrit sur les courbes du Temps...

 

Artiste Shane Turner

Artiste Shane Turner

Avec mon Amitié !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
j'aime Baudelaire mais en premier car il a traduit Poe ..... Sinon je lui préfère de beaucoup William Blake , mais je pense que les profs a l'école m'ont mal présenté Baudelaire .... <br /> et dans ton article un si beau choix de photos que je ne peux qu'aimer .....<br /> bisous et douce soirée
Répondre
C
Je te comprends pour Poe, j'adore Poe; les atmosphères de ses nouvelles et récits qui transpirent le fantastique, c'est juste remarquable!<br /> William Blake aussi, j'adore...<br /> Merci d'apprécier les photos, j'ai pris grand plaisir à les choisir et à les partager..<br /> De gros bisous surtout
P
Merci de votre article
Répondre
C
Merci Promeneur 75 :)
M
Bonjour Cendrine, merci pour cet article sur Baudelaire. C'est un poète que j'aime beaucoup et comme tu as pu le constater je lui consacre une place le mercredi jour où je publie des poèmes..<br /> Bonne journée chère petite amie fidèle. Gros bisous
Répondre
C
Merci chère Mamie Lucette, Baudelaire est un monument de notre littérature, ses poèmes nous enchantent! Gros bisous pour toi
F
Coucou Cendrine,<br /> Merci pour ce partage, je suis allée voir le lien de ton ami et "feuilleter" les pages<br /> Tu as choisi de très belles images bien sensuelles pour illustrer ton billet comme toujours<br /> Douce fin de journée, un petit soleil timide un peu moins froid, mais c'est pas encore ça<br /> Gros bisous & douce fin de journée à tous les deux et une belle soirée
Répondre
C
Merci beaucoup, je voulais te répondre et tu sais que j'ai eu quelques "mésaventures"... sourires!<br /> Je suis toujours ravie de trouver tes petits mots d'amitié pleins de charme et très contente que tu apprécies les images, j'ai adoré le couple avec les coulures de peinture, gros bisous tendresse et amitié pour vous deux et trois!!! :)
A
Tout d’abord, merci Cendrine pour le lien et votre appréciation sur ce recueil publié sur Calaméo. En le mettant en forme, le maître mot que je ressentais était : plaisir. Ce mot emplissait la vie du poète. N’en est-il pas de même de ce que recherchent tous les humains…<br /> Jeanne Duval tenait Baudelaire par les sens. Il souffrait mais qu’elles beaux poèmes elle lui a inspirés. J’ai ai trouvé quelques autres qui ne sont pas dans le recueil et trahissent l’emprise de cette femme sur ce malheureux Baudelaire. Je pense à « Chanson d’après-midi », superbe : <br /> <br /> Tu me déchires, ma brune, <br /> Avec un rire moqueur, <br /> Et puis tu mets sur mon coeur <br /> Ton oeil doux comme la lune.<br /> <br /> Vous ne pouvez cacher, Cendrine, votre passion et votre plaisir pour l’érotisme enflammé que l’on ressent dans plusieurs poèmes de Baudelaire. Vous en parlez tellement bien : « Poème qui me subjugue, lumineuse et ténébreuse animalité, explosion de rage, de littérature et de sexualité par tous les pores de la page blanche ! ». Difficile de mieux exprimer l’émotion ressentie. Baudelaire aurait savouré ces mots. Et vos photos correspondent parfaitement à votre état d’esprit en les écrivant. Une réussite…<br /> Je me permets de rajouter un complément à mon dernier article consacré à Eugène Delacroix.
Répondre
C
Merci beaucoup Alain pour ces mots qui me touchent et pour ce que vous avez écrit sur votre blog.<br /> Chanson d'après-midi est magnifique, en effet!<br /> Baudelaire est un magicien, un alchimiste des mots!<br /> Je vous souhaite un excellent week-end, amitiés
Z
Merci Cendrine,<br /> Je suis également une inconditionnelle de Baudelaire et je viens de me régaler en lisant ton billet et en contemplant les photos.<br /> Les liens que je me les réserve, surtout pour le second.<br /> Merci ma toute belle.<br /> Bises et bon mardi à vous deux
Répondre
C
Merci beaucoup ma Zaza, je suis touchée par tes mots!<br /> Alain a accompli un joli travail de passionné<br /> Je t'embrasse bien affectueusement, bon week-end