Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La chimère écarlate

La chimère écarlate

Littérature, histoire de l'art, inspiration qui file au vent, photographie, poésie de l'instant...

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

Jeune fille coiffant ses cheveux, 1894

Jeune fille coiffant ses cheveux, 1894

« Je peins pour peindre la joie de la couleur... »

 

Bouquet de tulipes, vers 1905-1910.
Bouquet de tulipes, vers 1905-1910.

Bouquet de tulipes, vers 1905-1910.

Dans sa période dite « nacrée », Auguste Renoir (1841-1919) peignit le bonheur des instants privilégiés, les douceurs de l'enfance, la beauté épanouie et la féminité triomphante. Face à la tendance à l'abstraction qui s'amplifiait, ses grands nus régénérèrent une veine souple, classique et sensuelle.

 

Baigneuse aux cheveux longs (vers 1895-1896).

Baigneuse aux cheveux longs (vers 1895-1896).

Grâce à une palette de couleurs lumineuses et d'ombres légères, l'artiste emporte le regard dans un fondu voluptueux.

 

 

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

Les chairs rosées fascinaient Renoir. Il passait de longs moments à contempler les roses, à la bonne saison, et conjuguait les tons des chairs féminines et la nacre vibrante et rosée des coquillages et des fleurs.

 

Baigneuse arrangeant ses cheveux

Baigneuse arrangeant ses cheveux

A travers la carnation précieuse de ses modèles, il célébrait la jeunesse et la vie, la femme Vénusienne dont la chair est parure et la chevelure bijou...

 

Baigneuse assise s'essuyant une jambe, vers 1914.

Baigneuse assise s'essuyant une jambe, vers 1914.

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

La poésie des ombres bleues légères caresse les contours fugitifs et soyeux des tissus et des chairs. Sa période « nacrée » est l'expression de cette délicatesse picturale, fondée sur la rencontre entre volupté, formes pleines, ondulations de la lumière...

 

 

Femme à la lettre, vers 1890.

Femme à la lettre, vers 1890.

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

Dans ce tableau ravissant, Renoir dévoile son admiration pour la peinture française du XVIIIe siècle. Le sujet et la touche, le cadrage resserré et la neutralité du fond évoquent les figures de fantaisie de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), saisies dans une activité artistique (lecture, musique, écriture).

 

La Liseuse, Fragonard, 1770.

La Liseuse, Fragonard, 1770.

Nature morte aux pêches, vers 1881-1882.

Nature morte aux pêches, vers 1881-1882.

Dans ses natures mortes, Renoir exprime le volume et la texture uniquement par le biais de la couleur.

 

Pommes et poires, 1890-1895.

Pommes et poires, 1890-1895.

Jeunes filles au piano, vers 1892.

Jeunes filles au piano, vers 1892.

Cette huile sur toile marque un tournant dans l'oeuvre de Renoir car elle appartient à une série de tableaux qui lui valurent la reconnaissance des instances officielles. Commande de l'État certes mais surtout instantané délicieux d'un moment de bonheur.

 

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

Le peintre nous plonge dans un intérieur bourgeois à l'ambiance feutrée où sa touche ondulante traduit une douce mélodie. Deux jeunes filles absorbées dans leur passion musicale, entre joie et songe, sont emportées par une envolée de notes suaves. L'une ferme à demi les yeux et l'autre déchiffre la partition avec gourmandise.

 

Renoir nous invite à caresser les étoffes, à suivre la lumière qui ruisselle sur les rubans, les chevelures et les courbes des visages.

 

Il interprète d'une manière très personnelle le thème de la musique, fréquemment illustré dans la peinture du XVIIe siècle. Il transcrit l'émotion à travers le traitement du piano qui s'appuie sur un fond doux et mouvant, comme s'il s'agissait d'un paysage dans la brume.

 

Portrait de deux fillettes, 1890-1892.

Portrait de deux fillettes, 1890-1892.

Nous retrouvons les mêmes modèles que pour les Jeunes filles au piano et des tonalités ressemblantes dans le traitement pictural, un ruban similaire dans la chevelure blonde et une robe quasiment identique pour la jeune fille brune qui arbore un chapeau de paille.

 

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

Dans ce doux moment d'intimité mis en scène, Renoir exalte la beauté des chevelures et la coquetterie suave émanant de la fin de l'enfance (rubans, beaux tissus des robes...).

 

La Lecture, 1890.

La Lecture, 1890.

Claude Renoir jouant, vers 1905.

Claude Renoir jouant, vers 1905.

Renoir peint l'enfance avec la tendresse d'un père et le regard de l'homme qui se tourne vers un délicieux « âge d'or », pétri de rêves et de fantastiques royaumes.

 

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

Ces toiles délicates ne reflètent pas le drame qui touchait l'artiste: de terribles crises d'arthrose déformant ses mains et lui provoquant d'atroces douleurs...

 

Claude Renoir en clown, 1909.

Claude Renoir en clown, 1909.

Claude Renoir est son troisième et dernier enfant, né en 1901. Nous le retrouvons ici plus âgé, arborant un costume rouge de clown et un petit chapeau noir, devant deux grandes colonnes de marbre. Éloigné de la spontanéité de ses jeux, il n'appréciait pas particulièrement de prendre la pose pour satisfaire aux volontés de son père. Il dira, des années plus tard, que ses bas blancs le démangeaient et qu'il était bien difficile de rester immobile.

 

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

Dans ce tableau monumental, Renoir exprime son attirance pour les jeux de lumière à la surface des tissus, les étoffes chatoyantes et l'art du déguisement. Il rend un hommage de fantaisie aux jeunes princes et aux infantes représentés par Diego Vélasquez (1599-1660), peintre du Siècle d'Or espagnol, et aux portraits de cour d'Antoine Van Dyck (1599-1641).

 

Fraises, vers 1905.

Fraises, vers 1905.

Auguste Renoir, les charmes de la Période Nacrée, 1889-1919

Sur ces belles visions artistiques, je vous souhaite une excellente journée... Gros bisous !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Richard LEJEUNE 15/04/2018 08:06

Je découvre.
Vous ne m'aviez pas annoncé ce nouveau blog !
Pourquoi ?

Alain Yvars sait-il, lui ?

Promeneur75 18/03/2018 20:54

Bon week end à vous

Véronique S. 17/03/2018 17:18

Délicatesse, forme, couleur, lumière et volupté sont les maîtres mots de cette période "nacrée". L'œuvre de Renoir est immense et magnifique. Elle témoigne de ses recherches, de ses doutes mais surtout et avant tout, de son plaisir et sa soif de peindre.
Qu'il est doux de se replonger dans la peinture de Renoir .
Merci ma chère Cendrine de cet instant de rêverie "nacré"
Je t'embrasse
Véronique

ZAZA 16/03/2018 10:53

Merci ma Centrine pour ce délicieux billet concernant Renoir. J'aime ses peintures.Sa période nacrée n'est pas celle que je préfère dans son œuvre. Je suis plus fascinée par sa période impressionniste, avec des tableaux très célèbres comme la loge, les fiancés ou le déjeuner des canotiers, certainement le plus connu de cette période.
Bises et bon vendredi ma douce ami, sans oublier ton Christophe.

AnnickAmiens 16/03/2018 10:28

Renoir est l'un des peintres dont les tableaux sont connus de tous. Mais ils sont si beaux que cela n'a rien d'étonnant et ils traversent les années en devenant de plus en plus célèbre !
Merci de cet article qui rassemble ses œuvres principales, toujours un grand plaisir de les admirer.
Merci beaucoup Cendrine
Gros bisous

Linda 16/03/2018 08:50

et bien oui des Renoir j'en ai deja vu au musée mais j'ai jamais vraiment bien vu ces tableaux ...avec l'école pas le temps de regarder et depuis je me suis jamais arréter vraiment
moi j'y voyais juste la couleur simple de la vie mais pas les jeux de lumières ni les tissus si "vivants" ....
on fait pas assez attention aux détails ...
bisous duce journée

Une Rose m'a dit 16/03/2018 08:40

Bonjour. La Liseuse je me rappelle avoir fait un Canevas qui représenté ce tableau, mais cela fait déja bien longtemps. J'aime beaucoup ses tableaux. Je ne vais jamais dans un musé, je suie une femme de la Campagne. Beau partage ma jolie. gros bisous tout doux.

FéeLaure♥ 16/03/2018 07:32

Coucou Cendrine
Que de merveilles ce matin sur son blog. J'aime toutes les oeuvres que tu nous montres, elles sont tellement délicates, remplies de tendresse, les couleurs sont tellement belles ♥ J'adore la citation « Je peins pour peindre la joie de la couleur... » les nus sont divins, les jeunes filles avec leur longue chevelure sont magnifiques, merci pour toutes ces merveilles.
On se lève avec la pluie mais ça pioupioute fort au jardin :)
Douce journée & très bon week end à tous les deux
Gros gros bisous

Nessa 16/03/2018 07:10

J'adore... La touche vaporeuse, les couleurs veloutées, la lumière qui joue sur les matières... Merci de cet hommage.