Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La chimère écarlate

La chimère écarlate

Littérature, histoire de l'art, inspiration qui file au vent, photographie, poésie de l'instant...

Les dames en bleu 2

Robert Lewis Reid (1862-1929), Le miroir, 1910.

Robert Lewis Reid (1862-1929), Le miroir, 1910.

Chaque tableau éveille en nous une sensibilité très personnelle. Notre vision du beau n'est pas forcément la même et des visages, des attitudes nous « parlent » plus que d'autres. Le monde des dames en bleu, associé à une profonde palette d'émotions, est un territoire mêlé de douceur et de force. J'aime son esthétique subtile, forgée dans le feu des légendes et révélatrice d'une mystérieuse modernité. J'aime ces dames aux silences éloquents et je vous invite à contempler mes principaux coups de coeur en bleu...

 

Je commence par Le miroir, oeuvre de Robert Lewis Reid (1862-1929), peintre impressionniste américain, membre des Ten American Painters, des artistes de la couleur et de l'instant, particulièrement actifs à Boston et à New York et surtout en rupture avec le monde des galeristes qu'ils jugeaient beaucoup trop mercantile.

 

La touche de Robert Lewis Reid se caractérise par une énergie tout aussi puissante qu'aérienne. Amoureux des effets de nacre et de transparence, des tons opalins, pastels et des traits évanescents, l'artiste faisait preuve d'une grande finesse dans la répartition des couleurs. Le miroir, objet symbolique, est souvent présent dans ses compositions.

 

Ce qui me séduit ici, c'est le flou des contours et la manière subtile dont ils se dérobent, invitant le regard à recomposer les lignes et les nuances de la couleur. Cela donne à l'ensemble un côté à la fois céleste et océanique et nous fait deviner des frissons de tempête sous la douceur.

 

Robert Lewis Reid a également peint de superbes kimonos bleus.

 

Kimono bleu, 1910.

Kimono bleu, 1910.

La jeune fille au kimono bleu, 1911.

La jeune fille au kimono bleu, 1911.

Avec la vogue du japonisme, différents artistes ont magnifié le bleu à travers une myriade d'étoffes précieuses et de délicates soieries poudrées d'or.

 

Guy Orlando Rose (1867-1925), artiste impressionniste américain, Le kimono bleu, date incertaine.

Guy Orlando Rose (1867-1925), artiste impressionniste américain, Le kimono bleu, date incertaine.

Guy Orlando Rose, En kimono bleu au bord du lac, date incertaine.

Guy Orlando Rose, En kimono bleu au bord du lac, date incertaine.

John Hubbard Rich (1876-1954), artiste historiciste américain, Portrait d'un modèle.

John Hubbard Rich (1876-1954), artiste historiciste américain, Portrait d'un modèle.

John Hubbard Rich, Jeune femme en bleu, date incertaine.

John Hubbard Rich, Jeune femme en bleu, date incertaine.

Couleur prisée dans le domaine de la mode, nous retrouvons le bleu sous le pinceau de Gustav Klimt, artiste emblématique des élégances à Vienne, entre Symbolisme et Art Nouveau.

 

Gustav Klimt (1862-1918), Portrait d'Émilie, 1902.

Gustav Klimt (1862-1918), Portrait d'Émilie, 1902.

L'oeuvre traduit l'expression d'une phase artistique nouvelle dans la vie de l'artiste Sécessionniste, celle de l'apparition de grandes surfaces ornées de motifs décoratifs laissant émerger le visage et les mains des personnages.

 

Le modèle est Émilie Louise Flöge (1874-1952), styliste et créatrice de mode autrichienne dont le succès fut manifeste à partir de 1904. Connue internationalement, elle possédait, avec sa soeur Hélène, un salon de haute couture sur l'une des plus prestigieuses artères commerçantes de Vienne : la « Mariahilfer Straße ». Ses activités furent florissantes jusqu'en 1938, date à laquelle, en raison du contexte historique et social, elle dut abandonner le salon et se réfugier à son domicile. Un incendie détruisit ses collections de vêtements, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

 

Émilie et Gustav apparaissent enlacés, de manière précieuse et onirique, dans le célébrissime tableau Le Baiser, 1909.

 

Les dames en bleu 2
Les dames en bleu 2

Gustav était le beau-frère d'Hélène et vraisemblablement, le compagnon d'Émilie. Leur union se fit sous le signe des arts, à une époque particulièrement créatrice et propice aux nouvelles expériences esthétiques. Un film signé Raoul Ruiz leur fut consacré en 2006, avec Veronica Ferres dans lequel le rôle d'Émilie Flöge et le célèbre acteur américain John Malkovich dans celui de Gustav Klimt.

 

Je termine ce billet avec une oeuvre que j'aime profondément : Blue Poppies d'Odilon Redon (1840-1916).

 

Les dames en bleu 2

Vous n'y verrez pas de dame en bleu, vous en devinerez la présence. L'une des principales qualités de cet artiste symboliste est de suggérer plutôt que de montrer. Amoureux de ce qu'il appelait « les mécanismes du rêve », il était fasciné par la Nuit, allégorie invisible mais dont l'influence se fait ressentir à travers nombre de ses toiles. Ainsi, la Nuit rythme le temps de l'oeuvre où palpitent des pavots bleus, « créatures » somnifères qui attisent les ivresses de l'esprit...

 

Sur ces chimériques notes bleues, je vous embrasse et vous adresse une myriade de pensées d'amitié, en attendant mon prochain billet...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

AnnickAmiens 14/04/2017 09:11

Bonjour ma Cendrine, comment ne pas aimer ces dames si joliment vêtues. Ces tableaux sont magnifiques. Je leur trouve parfois un petit air Art Nouveau-Déco.
Quand on a touché et travailler l'étoffe toute sa vie, on ne peut qu'aimer ...
Merci pour ce magnifique article.
Belle journée et gros bisous

Cendrine 15/04/2017 23:52

Ces tissus sont enchanteurs... Je suis admirative de l'art de la couture et je me dis que tu as dû vivre de magnifiques moments dans ton métier. Ces tableaux nous font rêver, nous invitent à songer à ces temps d'antan où l'on prenait le temps... Je ne joue pas les nostalgiques, je constate! Merci pour ton si gentil commentaire, je t'embrasse bien fort

ZAZA 13/04/2017 17:38

Coucou ma p'tite Cendrine. Pour commencer, un grand merci pour tes vœux. Les p'tits loups sont partis à la plage pendant que la mère grand se reposait.
Un superbe billet ! Les toiles sont superbes et tes explications intéressantes. Merci.
Bises et bon jeudi ma belle sans oublier Christophe.

Cendrine 15/04/2017 23:53

Merci ma Zaza, c'est très gentil.
Je suis ravie que tu aies passé un bon moment, je t'embrasse et pense bien à toi

Isa-Marie 13/04/2017 15:29

J'adore les Kimonos, j'adore Klimt, c'est un bonheur de te lire chère Cendrine !
Amitiés d'Isa Marie

Cendrine 15/04/2017 23:54

Merci beaucoup ma chère Isa-Marie, un petit mot plein d'amitié pour te souhaiter un beau week-end pascal, gros bisous

Féelaure♥ 13/04/2017 08:29

Magnifiques ces tableaux
J'aime beaucoup le visage de la femme à l'éventail, le tableau de celle au miroir, celle avec l'héron...merci de nous avoir présentés
Je te souhaite une douce fin de semaine et de Joyeuses fêtes de Pâques
Gros bisous prends soin de toi

Cendrine 15/04/2017 23:56

Merci beaucoup, ces visages nous envoûtent et leur beauté est intemporelle.
Je te souhaite de très Joyeuses Pâques, je t'embrasse bien fort et suis ravie que tu aies aimé ces tableaux.

joly 13/04/2017 08:11

Superbe ce billet . J'aime beaucoup cette jolie peinture. Bonne journée a toi petite amie.
Bisous de ma Sologne. Therese de la Sologne

Cendrine 15/04/2017 23:57

Merci pour ce si doux petit mot, je t'embrasse bien affectueusement.
Joyeuses Pâques dans ta belle Sologne de coeur!

jill bill 13/04/2017 00:31

Bonsoir Cendrine, oh je suis loin de tous les connaître ces peintres talentueux et on ne peut qu'aimer ce que tu nous en proposes... chaque peinture nous charme, dames et fleurs ! Merci encore, bonne nuit, bises

Cendrine 15/04/2017 23:58

Merci à toi chère Jill, ces peintures ont bien des choses à nous dire et ces dames sont charmeuses, de gros bisous et de Joyeuses Pâques!